Concertations : Participez à la Concertation sur les Zones d’Accélération des Énergies Renouvelables à Châtillon

Dans le cadre de la loi du 10 mars 2023 relative à l’accélération de la production d’énergies renouvelables, la Ville de Châtillon lance une concertation publique du 10 au 24 mai 2024.

Publié le

Avant que la définition de ces zones d’accélération ne soient approuvées lors de la séance du Conseil municipal du 26 juin prochain, les Châtillonnaises et les Châtillonnais sont invités à partager leurs remarques.

Afin d’atteindre l’objectif de neutralité zéro carbone en 2025, le déploiement des énergies renouvelables est un levier important. Pour rappel, l’objectif national pour 2030 est de – 55% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, en 2022 la réduction était de -25,2%.

La neutralité carbone en Ile-de-France s’appuie sur le déploiement des énergies renouvelables avec pour objectifs de multiplier par 30 les panneaux photovoltaïques, par 10 les unités de méthanisation, par 3 les installations de géothermie.

Une des actions permettant le déploiement est portée par la loi d’accélération de la production des énergies renouvelables (APER) n°2023-195 du 10 mars 2023, via la définition de zones jugées préférentielles et prioritaires par les communes, pour le déploiement du photovoltaïque, du solaire thermique, de l’éolien terrestre, de la géothermie, du biogaz… La loi APER prévoit que les communes définissent, sur délibération du conseil municipal, après concertation du public, des Zones d’Accélération des Énergies Renouvelables (ZAEnR).

La concertation doit permettre aux citoyens de donner leurs avis et propositions, afin d’aider les élus châtillonnais à faire remonter les ZAEnR validés en conseil municipal, auprès du référent préfectoral énergies renouvelables.

  • Energie solaire (photovoltaïque, thermique et thermodynamique) utilisant le rayonnement solaire pour la production d’électricité et de chaleur ;
  • Géothermie utilisant la chaleur du sous-sol, pour les besoins en chaud et en froid d’un bâtiment, voire pour la production d’électricité ;
  • Energie de la biomasse pour la production de chaleur, d’électricité ou de gaz renouvelable (méthanisation, gazéification). La biomasse est à considérer comme une énergie renouvelable, dès lors que l’exploitation de la ressource est compensée par un accroissement équivalent de matière organique (croissance des végétaux par photosynthèse).
  • Energie ambiante, énergie emmagasinée dans l’air ambiant, dans les eaux de surface ou usées, et utilisée pour les besoins en chaud et en froid d’un bâtiment, via des pompes à chaleur aérothermiques ;
  • Energie issue des gaz de décharge ou des stations d’épuration ;
  • Energie hydroélectrique utilisant l’énergie fournie par les mouvements de l’eau : centrale au fil de l’eau, barrage hydroélectrique de lac, station de transfert de pompage d’électricité ;
  • Energie éolienne (terrestre et en mer) utilisant le vent pour la production d’électricité.


Pour mieux vous renseigner sur les différents types d’énergies renouvelables, les fiches pédagogiques de l’ADEME donnent un aperçu spécifique de chacune des EnR.

Les ZAEnR sont des zones favorables aux énergies renouvelables (EnR), pour lesquelles il y a un potentiel en énergie renouvelable et qui auront fait l’objet d’une concertation. Les ZAEnR peuvent concerner toutes les énergies renouvelables : le photovoltaïque, le solaire thermique, l’éolien, la biomasse, la géothermie… Elles peuvent porter sur tous les types de foncier, public comme privé.

Les projets situés ou non en ZAEnR seront soumis aux mêmes procédures réglementaires, et pourront ou non par la suite être autorisés. Les projets situés en ZAEnR feront l’objet d’avantages en termes de délais d’instruction et de soutien financier de la part de l’Etat.

Le zonage n’est qu’indicatif et ne confère aucune obligation aux propriétaires de porter des projets ENR.

La commune fait le choix de proposer une seule zone pour les énergies renouvelables déployables sur son territoire :

  • Énergie solaire (photovoltaïque, thermique et thermodynamique) ;
  • Énergie de la biomasse (méthanisation, gazéification) ;
  • Et géothermie.

Comprenant l’ensemble de la commune comme étant accessible à un dépôt de projet de déploiement d’énergie renouvelable, sauf l’ensemble des zones N et zones de protection du patrimoine naturel et paysager. Cette zone apparait en jaune pâle sur la carte.

Participez à la concertation publique sur les zones d’accélération de la production des énergies renouvelables de Châtillon du 10 au 24 mai 2024.

Êtes-vous favorable à un plus grand déploiement des énergies renouvelables et de récupération (ENR&R) à Châtillon ? (obligatoire)
Quel(s) type(s) d'énergie souhaitez-vous voir se développer ? (obligatoire)
Abonnement

L'abonnement ou le désabonnement à au moins une lettre d'information est obligatoire.